Projection du film : Debout les femmes !

Ce nouveau film documentaire de François Ruffin et Gilles Perret a été projeté à deux reprises, jeudi 8 avril, sur l’esplanade du TNN à Nice, à l’occasion de la journée nationale de mobilisation des AESH [Accompagnant(e) des Elèves en Situation de Handicap] et de l’occupation des théâtres. Dès 10 heures du matin, les citoyens mobilisés contre la réforme du chômage et la précarité, ont pu participer à différentes programmations entre la place Garibaldi et le TNN. Débats, prises de parole, concerts, batucada, projections du film et même flash mob, filmé par un drone, dans l’après-midi.

Stop le massacre. Stop la réforme. Une assurance chômage pour tou-te-s / Quoi qu’il en coûte

Olivier, fan de François Ruffin depuis longtemps à l’époque de l’émission de Daniel Mermet « Là-bas si j’y suis », diffuse sur Nice depuis quelques années le journal Fakir, média indépendant qui a toujours mis en lumière les « invisibles » de notre société. Pour ce nouveau film « Debout les femmes ! » consacré aux « métiers du lien », il essaie d’organiser des projections en avant-première, en attendant la réouverture des salles de cinéma. Cette journée de mobilisation pour la valorisation des AESH, a été une bonne occasion, qu’il n’a pas loupée.

Dans cet entretien audio, il nous parle du sujet du film et de son origine. 

Interview d’Olivier pour le film « Debout les femmes ! » :

« Les métiers du tendre », comme François Ruffin les nomment, sont des professions souvent, voire toujours exercées par des femmes qui sont dans une grande précarité, peu payées, sans statut, et qui pourtant sont des métiers difficiles, qui demandent un investissement personnel et un nombre d’heures conséquent. 

La fin est terrible, ça prend aux tripes !

Les femmes même si elles travaillent depuis longtemps au même endroit, même si elles sont femmes de ménage à l’Assemblée Nationale, ont un salaire de misère et aucun statut. C’est alors que François Ruffin décide d’engager une enquête parlementaire, accompagné d’un député de la majorité, Bruno Bonnel, pour présenter un amendement et faire que ces femmes puissent être entendues, obtenir des droits et une situation meilleure.  

Les avis d’Anne, Martin, Jean-Paul, Sofia, Emma, Josiane, Bruno et Joël sur le film :

Armel Briend est co secrétaire général du syndicat CGT Educ’Action 06. Cela regroupe tous les personnels de l’éducation dont les AESH. Il y a un manque de recrutement de ces personnels ; pourtant c’est un droit pour toutes les familles, mais il y a une grande précarité de ces métiers. 

Il parle du film également à la fin de l’interview qui selon lui, est très intéressant car il traite de la précarité des femmes dans le travail en général.

C’est un film qui montre à quel point le gouvernement est complètement hostile et fermé à tout dialogue. 

La mobilisation continue au TNN. Tous les jours a lieu une agora à 14H00. Plus d’infos ICI.

Reportage de Tania (interviews, article) & Hélène (photos).