Festival de la « presse pas pareille »

Sur les hauteurs de Nice, à la Ferme de La Sauréa (Tourettes Levens), ont eu lieu les premières « Assises intergalactiques de la presse libre », organisées par le mensuel niçois Mouais le samedi 5 et dimanche 6 juin 2021. Ligne16, en tant que média « pas pareil », a été invité et s’est rendu dans ce magnifique endroit avec son équipe : Lola, Nassime, Oriane et Tania. L’initiative était de réunir plusieurs médias indépendants afin d’échanger leurs pratiques, leurs difficultés, leurs manières de fonctionner autour d’une programmation festive. 

Tout de suite, Lola interrogée par Tania, nous décrit l’endroit et l’ambiance : 

Flippé-e-s avec Lola

Lola travaille au Hublot (association qui porte le projet du média Ligne16) depuis peu en tant que médiatrice numérique.

Elle a participé aux ateliers média à la BMVR de Nice, qui a fait naître un fanzine : Flippé-e-s.

Donner la parole à ceux qu’on entend jamais.

Nassime a ensuite rencontré Marine du Journal Mouais :

Mouais avec Marine

Marine fait partie de l’organisation de ce premier événement autour de la presse libre et indépendante. Elle nous parle du mensuel Mouais, qui a été créé par une bande de copains et qui existe depuis 18 mois sur Nice. Elle s’occupe plus particulièrement de la maquette du journal.  

La liberté de ton que l’on peut avoir.

Puis Tania est entrée dans une « tente kiosque » prévue pour le festival pour disposer tous les médias présents. Elle a rencontré Elven qui lui, fait un projet d’éducation aux médias dans un quartier de Marseille, nommé Babelsunce

Babelsunce avec Elven

Elven s’occupe de Babelsunce qui est un média participatif, un peu à l’instar de Ligne16. L’équipe accueille les habitants volontaires qui souhaitent faire l’information. Ils font de la radio et de la vidéo. Il nous parle de l’origine de ce média citoyen, issu du Théâtre de l’Œuvre, lieu culturel ouvert au quartier. 

C’est un projet d’éducation aux médias.

Nassime a pu ensuite interroger Eric de la radio Agora Côte d’Azur qui a réalisé des émissions tout le week-end avec son équipier, Thierry.

Agora Côte d’Azur avec Eric

Eric explique le but de cette radio sur la fréquence 94.1. Depuis son arrivée au festival, il a fait environ 9 heures d’enregistrement. Eric et Thierry (preneur de son), se déplacent dans les événements pour enregistrer des émissions, qu’ils diffusent ensuite sur Agora. 

C’est une lutte contre toutes formes de domination.

Ils sont tous les deux bénévoles. Avant, Eric participait aux émissions de Daniel Mermet sur France Inter et a été connu pour son côté taquin. Il aime toujours poser des questions impertinentes pour titiller ses invités. Dans cet entretien, Nassime lui demande aussi l’historique de la radio Agora. 

Nous avons ensuite rencontré Stéphanie du journal Bref à Cannes. 

Bref avec Stéphanie

Stéphanie est venue avec sa bande de copains de Cannes ; elle a créé avec eux, un journal, appelé « Bref ». 

Cela traite de tout ce qui nous tient à cœur.

En exemple, elle nous parle d’un sujet qu’elle a écrit sur un restaurant qui traverse la crise. L’équipe diffuse le journal dans les commerces de proximité. 

Puis c’est au tour de Martine, une activiste depuis plus de 40 ans : 

Monde sans guerre et sans violence avec Martine

Nassime est allé à la rencontre de Martine, membre d’une association internationale qui se nomme « Monde sans guerre et sans violence ». Elle nous explique qu’elle y travaille depuis les années 80, soit quarante ans d’expériences. Elle nous parle d’un média participatif qu’elle avait fait à Madrid il y a longtemps, fabriqué à la main. 

C’est le contact direct humain avec des gens de toutes origines.

A la question de Nassime sur ce qu’elle a préféré dans sa pratique depuis 40 ans, elle répond sans hésiter : la relation humaine avec des personnes d’horizons divers.

Puis, Nassime a rencontré Julie de Grenoble, Mathilde de Bretagne et Aurene de Marseille.

Julie de Grenoble, Mathilde de Bretagne et Aurene de Marseille

Toutes sont venues à la mobilisation « Toutes aux frontières » qui a eu lieu le samedi 5 juin et elles sont arrivées à ce festival par une amie. Du coup, elles nous parlent de cette action qui les a fait venir à Nice. Elles sont très engagées dans ce qu’elles font.

On réfléchit à la société et au monde de demain.

Nous n’avons pas pu rencontrer tous les protagonistes de tous les médias présents. En revanche, nous avons pu voir que chacun d’eux a une singularité, que chacun propose sa forme, développe d’autres informations que celles dans les médias « mainstream ».

« Rouages Logistiques » de l’Arlésienne

Cette presse alternative, comme on l’appelle, reste fragile. Au vu de la précarité de ceux qui l’anime, c’est difficile.

Pourtant, son existence participe évidemment à la démocratie, à la diversité de l’information, à la liberté de ton. Les médias indépendants amènent les citoyens à penser autrement, aiguiser leur esprit critique et découvrir une autre manière d’aborder des sujets moins starifiés, comme par exemple cette enquête sur l’entreprise Amazon, réalisée par l’Arlésienne d’Arles (photo de couverture à côté). 

Avec les médias : Mouais (Nice), Télé Chez Moi (Nice), Le Ravi (Marseille), CQFD (Marseille), L’Age de faire (Peipin), Transrural (Paris), La brique (Lille), S!lence (Lyon), La Mule du pape (Montpellier), Le Poing (Montpellier), Acrimed (Paris), Le Trou des Combrailles (Creuse), Bref (Cannes), L’Empaillé (Aveyron), Primitivi (Marseille), Les Crieuses d’Utopie (Grasse), Fakir 06, L’Arlésienne (Arles), Agora FM (Grasse), Ligne 16 (Nice), Flippé-e-s (Nice), Les autres voix de la Presse (Colmar), Le nouveau journal des gens du pays de Fayence (Fayence), le journal COUAC (St-Etienne), Babelsunce (Marseille).

Table ronde sur les médias alternatifs, les médias de masse et le militantisme, en présence de Cédric Herou et les médias présents ce dimanche après-midi :

Reportage de Nassime (interviews, article), Tania (interviews, article, photos) et Lola (photos).