Visite à la ressourcerie de Nice Est

Ligne 16 s’est rendu début décembre, à l’atelier boutique d’Actes Ressources, une ressourcerie basée juste à côté de la chapelle de Bon Voyage, au 270 route de Turin à Nice Est.

Un projet d’insertion et d’écologie

Le concept d’une ressourcerie est simple : de vieux objets ou meubles sont récupérés puis revalorisés pour pouvoir ensuite être revendus et bénéficier d’une seconde vie. Le but étant de lutter contre le gaspillage et de sensibiliser les gens à consommer de la seconde main plutôt que du neuf. La particularité d’Actes Ressources est l’utilisation de tous les bénéfices de la vente pour financer un dispositif de réinsertion professionnelle. Ainsi, la ressourcerie agit sur deux plans à la fois : social et écologique.

Nous avons eu l’occasion d’interviewer différents acteurs d’Actes Ressources, en commençant par Nicolas Braye, le responsable de la structure. Il nous explique en détail ce qu’est une ressourcerie, comment elle fonctionne, quels sont ses buts et ses particularités, et comment fonctionne le dispositif de réinsertion professionnelle.

Interview de Nicolas Braye, le responsable (8’01) :

 

Nicolas nous explique que la ressourcerie est avant tout un projet de réinsertion professionnelle qui se manifeste à travers une démarche écologique. Elle constitue une passerelle vers l’emploi pour les personnes qui travaillent à rallonger la durée de vie des objets et permet en même temps de renverser notre modèle économique actuel tourné vers la consommation et le périssable, en proposant à la vente des objets de seconde main. Si le but est de sensibiliser le public à une consommation durable, Nicolas nous confie : « nous sommes les premiers à être sensibilisés ».

70 tonnes d’objets recyclés

En effet, ils sont les premiers à constater l’ampleur du gaspillage, avec notamment 70 tonnes d’objets recyclés chaque année, parmi lesquels 50 % sont revalorisés par l’association. Ce travail de revalorisation est supervisé par des encadrants techniques, tous issus de milieux professionnels très divers mais qui ont un intérêt certain pour les problématiques sociales et environnementales.

Nicolas illustre le double enjeu d’Actes Ressources en comparant l’exclusion des personnes au fait de jeter les objets, modèle qui prédomine dans notre société de consommation.

Actes Ressources est néanmoins encore la seule recyclerie à disposer du label ressourcerie à Nice, bien qu’une initiative de Repair Café (rencontre entre particuliers qui viennent faire réparer leurs objets cassés pour éviter de les remplacer) à Nice, ait vu le jour grâce à l’association GALICE.

Des encadrants techniques d’insertion

Julien et George, 2 encadrants techniques étaient aussi présents sur place et ont expliqué en quoi consiste leur travail.

Interview de Julien et Georges qui encadrent les personnes en insertion (7’41) :

 

Julien apporte des précisions sur la manière dont fonctionne l’association, son statut et explique comment sont sélectionnés les meubles et les objets à travers le récit des tâches effectuées quotidiennement. Il fait remarquer que de plus en plus de particuliers contactent « Actes Ressources » pour proposer des meubles ou des objets, ce qui oblige à effectuer une sélection préalable, pour limiter le stockage mais aussi afin de préserver l’action initiale de l’association, qui est avant tout la récupération et la revalorisation d’objets et non le désencombrement.

Par rapport à son travail d’encadrant technique, Julien nous explique qu’il aide les travailleurs de l’atelier à définir un projet professionnel et les accompagne tout au long de leur contrat, dans les différentes tâches qui leur sont confiées.

Il nous confie : « parfois certains ont un savoir faire dont nous ne disposons pas, c’est donc un véritable échange car on apprend des travailleurs aussi ».

Georges, quant à lui, s’attarde plus sur le travail d’encadrement et l’expérience humaine, les difficultés, les enjeux et surtout, les réussites du dispositif de réinsertion. Il nous explique que même s’il est parfois compliqué d’arriver à en cadrer certains, un grand pas est fait lorsqu’une envie est créée et que l’intérêt est mobilisé sur une activité. « Ce qui marque le plus c’est quand une personne arrive à retrouver du travail en sortant de chez nous, c’est la plus grande fierté qu’on peut avoir », nous explique t-il. Il ajoute que pour lui, « travailler avec des gens qui sont amenés à s’en sortir », c’est ce qui l’intéresse et le motive.

Les employés de la recyclerie témoignent

Nous avons d’ailleurs aussi tendu le micro aux salariés en contrat d’insertion présents sur place (Mohammed, Jean, Thierry et Caroline), en plein travail de revalorisation.

Voici leurs témoignages (2’36) :

 

4 personnes travaillaient sur place. La première nous explique qu’elle s’est vue proposer l’opportunité de travailler pour « Actes Ressources » alors qu’elle était cliente. Elle travaille donc principalement à la boutique située en centre ville (2 rue Spitalieri, derrière Nice-Etoile), et qui propose à la vente de plus petits objets que celle située route de Turin, pour des raisons de place. Elle nous explique être sensible à la cause environnementale depuis l’adolescence et constate que de plus en plus de personnes se tournent vers la seconde main. Elle préfère « se faire plaisir à un prix correct en donnant une 2ème vie à un objet ancien, qui a une histoire, une âme ».

Deux jeunes hommes nous ont ensuite fait part de leur envie de travailler dans la peinture. L’un d’entre eux témoigne : « ici on apprend des choses qu’on ne connaît pas » ; il nous confie : « j’ai énormément changé depuis que je suis ici ». Une jeune fille nous parle elle, de son travail et donne son avis sur son expérience à l’atelier : « C’est quelque chose qui me plairait pour l’avenir » ; elle ajoute : « il y a une bonne équipe ».

Alexandra Pisano.