Retour sur « Les paysages extra-terrestres »

Astrodome, au studio Lab

Du 17 au 25 novembre 2018, Arrêt sur Image*, en association notamment avec le festival OVNI, mettait à l’honneur les arts numériques au 109 à Nice-est. Pour cette 2ème édition, le Hublot a proposé, sous la thématique “Les paysages extra-terrestres”, plusieurs installations artistiques, des performances, des apéros électro, une conférence sur les exoplanètes et un final autour d’un barbecue ainsi qu’une sieste collective au son du  “Cycle du temps élastique”.

Géophone, à l’atelier de Fabrication

L’Entre-Pont, où est installé le Hublot, a ainsi ouvert ses portes de 9h à 21h non stop. Durant toute la semaine, 375 jeunes scolarisés ont pu visiter les expositions dont 175 ont réalisé, en atelier avec Jerill Quere, leur propre paysage minéral en 3D avec le logiciel Blender. A côté de ces cinq œuvres principales, les 1 154 visiteurs ont pu créer de leurs propres mains, l’univers avec le dôme interactif Astrodome, puis former des montages sur un écran géant avec Walking on the earth, et aussi entendre la roche via le Géophone, le dernier travail de création en cours de Frédéric Alemany, artiste et directeur artistique de cet événement. Il y avait même la possibilité de rentrer dans un autre monde avec un casque de réalité virtuelle avec Frédéric Piraino et Wallid Boukerche au StudioLab. Pour certains visiteurs, cela a été également l’occasion de rencontrer ce nouveau pôle culturel qu’est le 109 à Nice.

Les avis sur l’exposition

Compte tenu de la diversité des publics présents et de leurs grand nombre, nous avons tendu le micro de Ligne16 de manière aléatoire et nous y avons recueilli de nombreux témoignages.

« A chaque fois qu’un artiste présente une œuvre, on est dans un autre monde »

Voici le montage de l’ensemble des avis recueillis durant l’exposition (8’47) :

 

Retour sur les œuvres présentées

COSMOGONIE  de Nicolas Mongermont et Cécile Beau

Un amas de matière nuageuse couleur gris cendré bouge imperceptiblement. Plus on s’approche, plus on se rend compte du mouvement. Le but est de nous projeter dans l’espace pour nous montrer une galaxie en formation. Le temps s’écoule lentement, à une échelle qui nous est rendue perceptible par l’installation.

 

RADIOGRAPHIE de Nicolas Mongermont et Cécile Beau

Une antenne se dresse devant un écran géant. On entend un bruit étrange et on voit en parallèle des rainures bouger sur l’écran. C’est l’antenne qui vient nous transmettre en temps réel les ondes radio qu’elle capte dans l’espace. On peut donc à la fois voir et entendre les ondes. L’outil, mis au service de l’art, nous permet de percevoir les choses que nos sens nous empêchent.

 

IRRIGATION de Marc Limousin

Avec Irrigation, Marc Limousin nous embarque le long du Paillon, rivière située à Nice. Le spectateur peut remonter ou descendre les berges à sa guise, de la manière qu’il préfère. Soit en contemplant le défilement des berges projetées dans les cylindres remplis d’eau, soit en faisant bouger l’eau du bassin pour faire défiler les images numérisées des berges projetées au fond.

 

BLACK SQUARE d’Antoine Schmitt

Des particules blanches gravitent autour d’un carré invisible. A l’infini. Sans jamais suivre le même chemin. Le carré, forme parfaite, symbolise la matière noire présente partout dans l’univers, régissant la gravité des astres. Un combat entre les forces de la nature a lieu sous nos yeux. Une œuvre poétique et envoûtante, entièrement générée par un algorithme.

 

TERRE-E-TOILE de Denis & Julien Gibelin

Amoureux de longue randonnée, Denis Gibelin et son fils Julien proposent au public de visionner et vivre leur marche sur le Mont Fuji. L’installation tourne autour de l’absence de cette montagne japonaise mais nous insère dans son environnement. Ainsi, l’artiste Denis ainsi que le chercheur Julien ont mis en place 4 formes artistiques pour nous y téléporter. Pour suivre leur marche, père et fils ont créé deux grands tableaux représentant les points de données géographiques, l’un en mouvement et l’autre figé. Pour nous y faire voyager, des roches volcaniques sont mis à disposition et des feuilles japonaises. L’objectif est de trouver le lien entre le crépitement des roches sous les pieds et le froissement des feuilles japonaises.

Visite guidée au vernissage de l’exposition

Samedi 17 novembre a eu lieu le vernissage de l’exposition. Le public a eu droit à une visite guidée :

avec Marc Limousin qui nous présente son œuvre « Irrigation »,
puis Frédéric Alemany pour « Black square » d’Antoine Schmitt qui n’a pu être présent ;
c’est ensuite au tour de Denis et Julien Gibelin pour « Terre-e-toile »
et enfin Nicolas Montgermont pour « Radiographie » et « Cosmogonie ».
On termine par « Astrodome » par Frédéric Alemany
.

 

En voici le son pour essayer de revivre le moment (23’28) :

 

*  Arrêt sur image est la 2ème édition d’un temps fort autour des arts numériques organisée par le Hublot à l’Entre-Pont au 109, en partenariat avec le festival OVNI dédié à la vidéo et à l’art contemporain, Chroniques – biennale internationale des imaginaires numériques, le théâtre anthéa dans le cadre des soirées IMMERSION (scène digitale), l’Universitaire Côte d’Azur et l’Observatoire de la Côte d’Azur.

Alexandra et Océane,
en service civique au Hublot qui ont suivi tout le festival.