Pinar Selek : vingt ans d’exil et de lutte

Pinar SELEK

« Je ne veux pas une autre vie, mais je veux un autre monde »

Souriante, la sociologue, militante féministe, antimilitariste et écrivaine, est loin de parler d’une thématique joyeuse.

Originaire d’Istanbul en Turquie, la chercheuse de 46 ans, est née dans une famille « assez engagée » et sensible aux problèmes du monde. « Je suis devenue une militante pour la paix en Turquie ». Depuis environ un an, elle est devenue française et vit à Nice.

Cela fait 20 ans que son nom est symbole de lutte et de résistance en Turquie et ailleurs.

Pinar Selek nous livre son histoire au cours d’un entretien réalisé par Allyson Pallisser, étudiant brésilien en master en sciences politiques (21’14) :

 

Le parcours de la chercheuse est assez loin d’être simple. Depuis 1998, elle vit un procès « kafkaïen », comme elle nous l’explique. Tout a démarré quand dans le cadre d’une enquête sociologique transnationale sur les kurdes, la chercheuse est interpelée par la police Turque à Istanbul. Celle-ci lui demande les noms des enquêtés. Elle refuse et c’est pourquoi, elle est arrêtée. En prison où elle restera 2 ans et demi, la chercheuse connaîtra la torture et devient une des affaires les plus emblématiques contre les intellectuels turcs.

En 2009, elle a du quitté la Turquie. Après avoir vécue à Berlin, elle est en France où elle a trouvé son asile et où elle continue ses actions. « J’ai été acquitté 4 fois, et le procureur a toujours fait appel. En Turquie, tout est arbitraire. Tout le monde peut être en prison donc il y a une peur générale », témoigne-t-elle.

Pinar Selek veut passer à autre chose mais cette affaire l’a poursuit.

Elle continue d’écrire (9 livres déjà publiés), et elle vient de finir son premier roman. « La littérature me rend heureuse », exprime t-elle. « La sociologie est une amie, mais la littérature c’est mon grand amour ». Elle nous raconte l’histoire d’une femme « Azoucena » qui a vécu l’exil, elle grandit entre les histoires de sa grand-mère et son père. A la mort de sa grand-mère, elle devient folle et c’est comme ça qu’elle arrive à Nice. Et c’est là qu’elle vit des choses extraordinaires. La traduction française de ce roman a déjà commencé.

Site web : https://pinarselek.fr/

Allyson Pallisser.

Suivre Ligne16 via sa page facebook