Cosmogonies nordiques à Arrêt sur image #3

Une belle performance « Le fracas de l’aube » de Matthieu Epp qui associe cosmogonies nordiques et musique numérique, a été programmée au festival des arts numériques à Nice.

Ce spectacle réunit sur une même scène la tradition orale de l’aède avec des ambiances sonores électroniques.

Accompagné d’un tambour ou d’une table de mixage, il fait vivre les mythes nordiques de la création du monde et de la cohabitation des dieux et des nains. Sa parole fait surgir des héros tels que Ymir, Loki ou Idunn dont la chanson des pommes restera longtemps dans l’esprit du public.

Matthieu a bien voulu nous en dire plus sur sa démarche scénique. Il évoque également la place de l’oralité et des paroles partagées à travers les écrans ainsi que les divers modes de diffusion du spectacle vivant.

J’alterne le tambour (…) et la musique électronique avec des matières, des nappes synthétiques. Les deux peuvent fonctionner et dialoguer avec les histoires.

Interview de Matthieu Epp (10’24) :

Ligne 16 a également rencontré Sarah Procissi qui a participé à la dimension sonore du spectacle : « Le fracas de l’aube ».

Elle a bien voulu nous en dire plus sur son travail avec Matthieu, ainsi que de ses activités de musicienne.

Sarah est compositrice de musique électro-acoustique, elle joue aussi de l’Oud, un luth oriental. Elle fait partie du groupe HHH, un trio de synthétiseurs.

Interview de Sarah (3’46) :

Lola (interview, photos, montage son, article), photo de Une et photos non encadrées dans le diapo de Yoan.