Le Hublot, fabrique numérique de territoire

Ouvert depuis 2004, implanté dans les locaux de l’Entre-Pont et installé au 109 depuis 2016, le Hublot centre de formation et de création numérique piloté par l’association Diva, représente un tiers-lieu culturel et artistique.

Pour moi, un tiers-lieu est un endroit où on a envie d’y venir pour partager et se rencontrer [..] C’est un endroit qui mixte le public et mixte les activités ».

L’association est d’ailleurs depuis peu labellisée « Fabrique numérique de territoire » en tant que lieu ressources. Un des objectifs de cet espace est de mettre en avant la création artistique notamment celle des arts numériques et d’accompagner les porteurs de projets.

Vendredi 23 avril 2021, nous avons interrogé Tania Cognée, responsable de ligne16 le média participatif et de l’espace numérique du Hublot, sur les tiers-lieux et son expérience.

Interview de Tania Cognée (22’42) :

 

Madame Cognée, qui a vécu une jeunesse autour du milieu associatif, a fait partie de l’expérience des Diables bleus, un collectif qui a fédéré de nombreux acteurs et associations artistiques et culturelles à Nice. Celui-ci fut installé en 1999 dans un des bâtiments des Casernes de Saint Jean d’Angely, au côté de La Brèche, les deux sont devenus à présent l’extension de l’Université.

Pendant cinq ans, le collectif des Diables bleus a promu l’esprit collectif, l’esprit d’entraide, de mutualisation des énergies et a participé à la lutte contre les inégalités culturelles et sociales.

Les Diables bleus avant tout, ont été une aventure humaine, au sens que les habitants venaient, croisaient l’organisation du carnaval indépendant, voyaient un spectacle, participer […] et des événements collectifs s’organisaient  […] ; toute la diversité des êtres pouvait se croiser dans ce lieu ». 

Après l’aventure des Diables bleus, une fédération de quatre associations dont l’association Diva, a été relogée à la Halle Spada (ancien bâtiment de l’entreprise SPADA) à Saint-Roch, avec une convention entre l’Entre-Pont et la Ville de Nice ; le Hublot (enseigne de l’espace numérique) a ouvert ses portes en 2004. En 2016, l’Entre-Pont a déménagé au 109, pôle de cultures contemporaines de la Ville de Nice.

Depuis, le Hublot (anciennement labellisé Espace Culture Multimédia et Espace Régional Internet Citoyen), poursuit sa mission de permettre aux habitants l’accès à internet en proposant des formations et ateliers pour ceux qui souhaitent se former aux outils du numérique.

L’âme qui caractérise ce tiers-lieu est de favoriser l’accès à la culture numérique par la formation et la sensibilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication, la création de sites web, l’accompagnement des demandeurs d’emploi, des porteurs de projets dans le développement des NTIC, la sensibilisation aux nouveaux médias, etc.

L’espace numérique est une fenêtre qui permet au grand public de venir se frotter au lieu et à ses activités ».

Selon Tania, il faut proposer des projets par rapport aux besoins du territoire afin de garantir la durabilité, la convivialité et la mixité dans ces espaces. En effet, c’est la singularité des projets qui permet de développer la richesse d’un territoire. Ces projets sont généralement financés par l’Etat ou d’autres institutions par les appels à projet, pour répondre à certains objectifs communs.

En répondant à la question, y-a-t-il un intérêt politique derrière les financements que les politiciens donnent aux tiers-lieux. Tania répond :

… ça me semble logique que l’Etat nous demande une évaluation pour voir si on a honoré le objectifs du projet, je trouve ça normal ; par contre, il se trouve qu’aujourd’hui les politiques utilisent (aussi) ces lieux à des fins électorales… »

La covid-19 a réduit les activités de Hublot, notamment en ce qui concerne tous les événements publics, comme tous les lieux culturels. Etant donné que l’Entre-Pont fait parti des établissements ouvert au public, l’association a été obligée de fermer ses portes durant la période de confinement et ainsi réduire ses activités et sa capacité d’accueillir les gens suite aux instructions du gouvernement et de la mairie de Nice. Selon Tania, c’est pourtant là où les personnes non équipées et isolées, en ont le plus besoin.

 

Reportage de Niâma Bentouhami,
dans le cadre d’une recherche appliquée pour les étudiants en Master DISTIC,
coordonné par Linda IDJERAOUI RAVEZ (maître de conférences) et Paul RASSE (professeur)
de l’Université Côte d’Azur.