Conférence « Islam et démocratie »

Les Amis de la Liberté ont organisé une conférence « Islam et démocratie » avec Mohamed Beldjehem, secrétaire général du CIMAM (Conseil des Imams des Alpes Maritimes), jeudi 12 avril à la Maison des Associations, place Garibaldi à Nice.

Beaucoup d’idées préconçues à propos de l’Islam, beaucoup d’ignorance ou d’incompréhension des textes emmènent aujourd’hui un grand nombre de citoyens à des assertions en totale opposition avec les valeurs fondamentales du Coran.

l’Islam est compatible avec la démocratie

Avec à l’appui de nombreuses références de versets du Coran, Mohamed Beldjehem a apporté un éclairage précieux sur les valeurs humanistes de l’Islam incluant la responsabilité individuelle, la justice en toute équité, la solidarité, et l’instruction (« Lis ! » ch 96).

Pour exemple, la liberté de conscience est encouragée : « Est-ce à toi de contraindre les gens à croire ? » (Ch11 verset 99).

A propos de la démocratie : « Consultez-les à propos des affaires » (Ch 4 verset 159).

Contrairement aux idées véhiculées par l’extrême droite ou par les fondamentalistes, l’Islam est bel et bien compatible avec la démocratie.

Les deux raisons de la mauvaise interprétation du Coran :

Mais cette incompréhension du Coran ne date pas d’hier : sa simplification ainsi que la lecture littérale ne permet pas de comprendre le sens et la finalité de cette religion. Une crise de la pensée musulmane déjà présente après la mort du Prophète perdure encore aujourd’hui, là où le religieux rejoint le politique avec une dictature de la pensée.

Après un passionnant voyage dans l’histoire au temps des versets de la Mecque et ceux de Médine, Mohamed Beldjehem nous expose les deux principaux motifs de la mauvaise interprétation du Coran :

1) La méconnaissance de la grammaire de la langue du Coran induit une perte de compréhension.

2) La Sunna ou vécu du Prophète s’appuie sur des hadiths (ce qu’aurait dit le Prophète), émergeant 200 ans après sa mort. Beaucoup de courants religieux s’appuient, à dessein, encore aujourd’hui sur ces hadiths, alors que ceux-ci sont déconnectés et décontextualisés sinon apocryphes (écrit considéré par les autorités religieuses comme non authentique). Les seuls valables étant ceux que confirme le Coran.

Dans un contexte où l’Islam est instrumentalisé par les politiques, les médias et les courants intégristes, la démocratie devient un véritable défi.

Visitez le site des Amis de la liberté.

Vous pouvez regarder l’intégralité de la conférence, filmé et mis en ligne par les Amis de la liberté :

Gelsomina.

Suivre Ligne16 via sa page facebook