C’est quoi la double culture?

Dans le cadre du stage Devenez web-reporter ! de Ligne16 qui a eu lieu du 8 au 12 avril au Hublot,

Hajar et Yasmine, âgées de 16 et 13 ans, ont interrogé : Cristòu, Alicia, Ahmed et Mirelis pour leur demander :

C’est quoi pour vous, la double culture?

Cristòu

Interview de Cristòu, animateur de l’ATE, par Yasmine (2’40) :

« C’est la culture qu’on a quand on naît et puis après une deuxième culture qu’on peut acquérir dans un nouveau pays dans lequel on arrive (…) » : témoigne Cristòu Daurore de l’ATE (Accueil Travail Emploi).

Pour lui, avoir une double culture, « c’est une belle ouverture d’esprit » et « cela permet (…) de s’ouvrir à plusieurs cultures différentes ».

Alicia

Nous avons interrogé Alicia, c’est une danseuse et comédienne qui intervient dans des performances artistiques à l’Entre-Pont. Elle a expliqué que la double culture, c’est une richesse notamment pour parler plusieurs langues et voir plusieurs manières de vivre. Elle nous parle aussi de la double nationalité qui est plus un statut légal.

 

Interview d’Alicia, danseuse et comédienne, par Hajar (2’15) :

 

Alicia qui a des origines indiennes de par son père et espagnoles de par sa mère, regrette elle de ne pas avoir eu plus de transmission  : « j’ai des origines mais je n’ai que la culture française et je pense que c’est un peu dommage ».

Ahmed

Nous avons interrogé Ahmed, c’est un éducateur du centre social Le Village à l’Ariane. Il a expliqué qu’avoir une double culture c’est : « d’avoir 2 cultures différentes,  2 chance et 2 richesses ».

A la question : « Est-ce la même chose que la double nationalité? » il a répondu qu’il ne sait pas répondre sur le thème car il n’a pas la double nationalité.

Interview d’Ahmed, éducateur du Village, par Yasmine (1’36) :

 

Mirelis

Nous sommes allées à la bibliothèque Raoul Mille dans le quartier Libération et nous avons rencontré Mirelis qui elle, est d’origine cubaine.

Pour elle, avoir la double culture c’est génial mais c’est très particulier ; comme elle témoigne : « Souvent quand on a la double nationalité, on fait partie de nulle part parce que parfois on a dû mal à se faire accepter dans son pays d’origine et parfois on a dû mal à se faire accepter dans le pays qui nous accueille ».

 

Interview de Mirelis, bibliothécaire à la bibliothèque Raoul Mille, par Hajar (2’53) :

 

 

Hajar et Yasmine (intervieweuses et preneuses de son) et Maïmouna (photographe).