Une expérience pédagogique innovante à l’école René Cassin

Depuis le début du média participatif Ligne16 en 2012 / 2013, le micro de RadioL16 se promène régulièrement dans les couloirs de l’école René Cassin et particulièrement au sein de la classe de CM2 de M Virgile Luigi qui fait entrer la culture et l’art à l’école comme soutien aux apprentissages.

Ce mercredi 24 février 2016, La Boîte est  allée enregistrer un son et faire des images afin de rendre compte de cette expérimentation sur le terrain. M Luigi nous a parlé du Fil d’Ariane, dispositif inspiré de la pédagogie Boimare mis en place dans sa classe et poursuivi par une équipe pédagogique au sein du collège Maurice Jaubert. Puis la rencontre avec le Labo Photo, Orphée et Yowen, qui travaillent tout au long de l’année scolaire, chaque mercredi matin avec les élèves autour de la pratique photographique.

 

 

 

Auteur de « L’enfant et la peur d’apprendre », « Les enfants empêchés de penser », « La peur d’enseigner », et ancien directeur et psychopédagogue du centre Claude Bernard, Serge Boimare s’est toujours intéressé aux enfants et aux adolescents démunis sur le plan social et culturel.  

« L’enfant et la peur d’apprendre »,

En résumé je dirais que la peur d’apprendre repose sur un scénario qui se joue en quatre actes:

1) une menace contre un équilibre personnel provoqués par les exigences de l’apprentissage qui entraînent
2) l’arrivée de sentiments excessifs où dominent des idées de dévalorisation et de persécution qui parasitent le fonctionnement intellectuel et qui réactivent
3) des peurs plus profondes, plus anciennes, souvent alimentées par des préoccupations identitaires, voir même des règlements archaïques, qui a leur tour vont provoquer
4) des troubles du comportement plus ou moins importants, soit pour réduire ces craintes, soit pour les empêcher d’arriver. Ce sont alors des stratégies anti-pensée qui permettent parfois de court-circuiter tout ce scénario.
[…]
Si l’on veut que ces enfants retrouvent un peu de liberté de pensée, il faut aussi leur donner la possibilité de s’appuyer sur ces préoccupations identitaires et ces craintes archaïques sans lesquelles nous ne récupérons jamais leur désir de savoir dans une classe, sans lesquelles ils ne renoueront jamais pleinement avec leurs capacités à apprendre.

Cette ambition est tout à fait compatible avec le cadre pédagogique si l’on utilise pour se faire une médiation culturelle. Celle-ci peut-être littéraire, artistique, scientifique, philosophique…

L’important étant qu’elle porte en elle les figurations de ces préoccupations excessives réveillées par l’apprentissage. La médiation culturelle doit permettre d’approcher les questions brûlantes, mais cette fois en leur donnant une forme, en les incluant dans un scénario qui les rendra fréquentables et interchangeables avec les autres.

Lien texte sur la pédagogie Boimare

Écouter Serge Boimare sur Radio Laser, une radio citoyenne et participative en Bretagne:

Émission à écouter

 

Katia Vonna BELTRAN