Suite de l’interview de Jean-Nöel Montagné sur la transition écologique #2

Jean-Noël Montagné est activiste écologiste du 06. Après avoir vu dans la partie #1, l’aspect de la surveillance numérique comme réponse à l’angoisse des populations, il nous parle de la transition écologique et citoyenne (à partir de 26:40 dans l’interview ci-dessous) pour l’après confinement. 

Interview de Jean-Noël Montagné par Quentin et Tania (42 minutes) :

La transition écologique et citoyenne à partir de 26:40

Côté environnemental, il est cofondateur du collectif « Synergie de la transition écologique » qui oeuvre à la coordination des acteurs du département 06 dans le sens d’une transition écologique et citoyenne.

Cette volonté de changement étant déjà portée au cœur de l’actualité depuis un moment, notamment depuis l’organisation des Assises de la transition écologique qu’il a co-organisé sur le campus de l’Université Saint-Jean d’Angély à Nice en novembre 2018.

Dans cette deuxième partie de l’interview, nous abordons le thème du « monde d’après » la crise sanitaire, qui pourrait être porteur d’espoir dans le cas de la transition écologique, comme l’explique Jean-Noël.

Un constat départemental alarmant

A la suite de ces Assises de la transition écologique, un ouvrage a été édité pour faire le bilan de la situation dans les Alpes-Maritimes dans différents domaines (voir site).

Ce livre est une compilation d’études scientifiques mais aussi un répertoire des interventions des différents acteurs du département dans le sens d’une transition écologique et citoyenne. La finalité étant alors de mutualiser les moyens d’actions pour créer un véritable mouvement. C’est pour cette raison là que Jean-Noël a créé le collectif « Synergie de la transition écologique ».

Pour commencer, il fait un constat de la situation actuelle où bon nombres d’élus font du « greenwashing » (éco-blanchiment), en citant par exemple le maire de la ville de Nice, Christian Estrosi (voir article).

Or, il souligne le fait que les catastrophes futures qui pourraient découler de l’inaction qu’il dénonce dans le domaine écologique, seront probablement à l’origine de la dégradation du sentiment de paix et de sécurité des citoyens. 

La plaine du Var, zone exploitable pour l’agriculture

De plus, il nous précise que le  département du 06 est en retard  par rapport aux autres  départements en terme d’autonomie alimentaire (2%  aujourd’hui) et énergétique (4%  aujourd’hui) par exemple.

Retards dû aux réactions  de court terme des élus par rapport aux évolutions de la société.

Ainsi la crise que nous vivons, constituerait une période propice au changement, selon Jean-Noël.

L’occasion d’un changement de société ?

En effet selon lui, en période de crise le changement est envisageable dans la mesure où :

Tout le monde est à l’écoute sur des solutions actuellement, l’angoisse fait que nous avons quand même les oreilles ouvertes.

Ainsi les citoyens, de crainte de revivre une crise aux conséquences similaires, seraient prêts à envisager une remise en question de certaines choses. Il prend alors l’exemple de l’extension de l’aéroport de Nice (voir notre article) qui est sûrement mise en pause avec la crise sanitaire du fait de la possible limitation des vols internationaux pendant plusieurs mois. L’occasion peut-être de remettre en question le projet et son utilité.

Partisan d’une décroissance économique pour éviter une catastrophe écologique aux conséquences incontrôlables dans les décennies à venir (voir article), il conclut en disant : 

C’est soit une décroissance choisie, soit une décroissance subie.

En l’occurrence, la crise actuelle étant évidemment un moment de décroissance subie qui serait un signal d’alarme vis-à-vis de futures crises, dont le réchauffement climatique qui nous referait vivre une situation semblable ou pire. 

Quentin (interview, article), Tania (montage audio).