Rencontre avec l’atelier de Renato du TNN

L’équipe de Ligne 16 est partie à la rencontre de Renato Giuliani, metteur en scène du Théâtre National de Nice ; Celui-ci mène un atelier théâtre tous les mardis avec les jeunes du SESSAD accompagnés de Mohamed leur éducateur. Le groupe travaille à partir d’improvisations sur le thème du jeu vidéo. Ils sont tous invités à la prochaine émission publique organisée par le média jeudi 28 février dont le sujet est : Une vie « écran ».

Interview de Renato du TNN par Océane (5’27) :

Depuis quelques années, Renato travaille l’improvisation avec quatre jeunes du SESSAD de la Corniche Fleurie, en développant une thématique donnée. Pour cette saison, c’est Sofien, participant âgé de 18 ans, qui a suggéré de travailler sur le thème du jeu vidéo. Selon Renato, c’est une problématique actuelle et intéressante car « les jeunes sont souvent pris par les jeux vidéos, parfois trop », jusqu’à en devenir une addiction.

Le scénario, sur lequel s’entraîne ces jeunes, s’appuie sur le film italien Nirvana de Gabriele Salvatores. Dans ce long métrage datant de 1997, un informaticien se rend compte que le personnage du jeu qu’il a inventé, possède une conscience. Renato relève de ce thème, une réflexion identitaire et de prise de conscience : « Est-ce que moi aussi, je suis dans un jeu plus grand que moi ?».

Que pensez vous de l’ère des écrans aujourd’hui?

Renato Giuliani nous répond (2’14) :

les écrans sont au service de ceux qui ont le pouvoir

Marianna, étudiante au TNN

Renato prône les bienfaits du théâtre entre gratification et estime de soi. Avec ce thème, il dépasse ses objectifs puisqu’il utilise ce travail pour sensibiliser ses acteurs en herbe, aux dangers des écrans et plus particulièrement des jeux vidéos. Pour lui, nous vivons dans une période de transition où l’homme se dirige vers l’auto-destruction. Les écrans font partie de la « folie humaine », ils nous font rentrer dans le cercle vicieux de la consommation et de la destruction. Il rappelle notamment que « les écrans sont au service de ceux qui ont le pouvoir » et que l’humain doit être rebelle dans sa manière d’utiliser les nouveaux médias.

Ce qu’en pensent les jeunes…
Francisco et Sofien

Afin d’avoir un avis d’ensemble, Ligne16 a ouvert le débat sur cette même réflexion avec les jeunes de l’atelier : Sofien, Adam, Arzal et Francisco, accompagnés de leur éducateur Mohamed. Marianna, étudiante italienne qui suit un programme Erasmus au TNN avec Renato, a pu également y participer.

Selon Francisco, il faut sortir des jeux vidéos et faire d’autres activités. Quant à Sofien, il y a aussi une responsabilité des parents. Il précise : « C’est un réflexe de jouer au jeu vidéo », et ajoute : « tu peux te permettre des choses que tu peux pas te permettre dans la vraie vie ». De plus, « L’écran est devenu indispensable ». Selon Marianna, « On a perdu le contact humain » et il est plus facile de le faire à travers un écran.

Voici le débat (12’06) :

Le théâtre permet de s’exprimer librement

Adam et Arzal

Nous avons pu réaliser un plateau radio à l’Entre-Pont avant cette séance afin d’avoir l’avis d’Arzal qui ne pouvait être à l’atelier avec Adam et Mohamed qui les accompagne. Ils nous parlent de ce projet de jeu vidéo et de ce que leur apporte la pratique théâtrale.

Ils nous ont expliqué aussi leurs improvisations. Ce projet est de faire transparaître la différence entre le monde réel et le monde virtuel. Le personnage du jeu veut à un moment donné prendre contact avec le monde réel et être en contact avec le joueur. Adam et Arzal sont fiers d’y participer et ont de l’ambition pour aller plus loin dans la comédie. Ils nous ont d’ailleurs présenté leur improvisation du jeu de foot.

Avec Arzal, Adam et Mohamed (9’25) :

 Tania Cognée et Océane Da Silva.