Les jeunes font grève pour le climat

Vendredi 15 mars, plusieurs centaines de jeunes, collégiens, lycéens et étudiants se sont réunis à 10h30 sur la place Garibaldi de Nice avant de débuter leur marche pour le climat. Le principe est simple comme ils le disent eux-mêmes : « A quoi bon aller étudier si nous n’avons pas d’avenir ? »

Si la majorité des manifestants étaient des jeunes, il y avait aussi des familles, des personnes âgées, des enseignants… Tous mobilisés pour brandir leur pancartes et montrer qu’ils se sentent concernés par la cause climatique. Entre deux slogans, nombreux ont exprimé leur envie de faire changer les choses rapidement et ont répondu à la question : « Pourquoi il est encore temps ? »

Interviews par Quentin, Alexandra et Océane (9’27) :

Pourquoi il est encore temps ?

Beaucoup nous répondent qu’il n’est jamais trop tard pour changer les choses mais témoignent aussi d’une prise de conscience que la mobilisation doit être immédiate et rapide car il sera trop tard pour changer dans 20 ans. L’idée d’un même combat qui rassemble tout le monde sans aucune distinction est aussi très forte, car il « faut s’y mettre comme les adultes » nous dit Emilie, lycéenne de 17 ans, qui n’a pas l’habitude de manifester.

Le gouvernement ne nous prend peut être pas au sérieux mais il est important d’agir car si on n’agit pas… La planète, c’est tout ce qu’on a !

explique Mathias, 17 ans.

Enfin, beaucoup expriment leur inquiétude quant à leur avenir mais restent tout de même optimistes : changer les choses est encore possible si tout le monde est mobilisé comme aujourd’hui.

Si certains sont aussi conscients qu’une simple marche n’est qu’un début et qu’il faudra poursuivre par des actions plus concrètes au niveau politique, d’autres nous expliquent que sécher les cours pour manifester dans la rue est une chose qui peut avoir plus de poids pour contrebalancer les priorités du gouvernement, que de le faire sur son temps libre.

Des lycéens conscients des enjeux écologiques actuels

D’importants mouvements étudiants et lycéens étaient aussi représentés. Comme par exemple La Larme Verte, mouvement écologique créé sur Instagram pour refléter la tristesse des jeunes face à l’inaction générale du gouvernement concernant la destruction de la planète.

Interview de La Larme Verte par Quentin (2’18) :

Ces deux lycéennes, Louise et Suzon, qui en sont à l’origine, cherchent à sensibiliser à la cause climatique tout en donnant des conseils pour changer ses habitudes au quotidien sur leur compte Instagram. Par exemple en utilisant des moteurs de recherche plus écolos comme Ecosia, Lilo… Ce mouvement prend de plus en plus d’ampleur depuis un mois, en démontrent les nombreux jeunes qui endossent le symbole « une larme verte », pendant la manifestation. Leur but est aussi de prouver que les étudiant(e)s ont aussi une conscience écologique et qu’ils sont plus que jamais inquiets pour leur avenir.

Pour Louise et Suzon, il n’est pas question d’effondrement ou autre catastrophe.

Il est toujours le temps, on peut tout refaire avec beaucoup de convictions… Et c’est maintenant ou jamais !

Si beaucoup se contenteront de manifester, d’autres mènent des actions au caractère bien plus politique. C’est le cas d’Enzo, qui œuvre au sein des jeunesses communistes afin d’influencer directement les actions politiques au niveau national en mettant en place des propositions concrètes lors de débats et d’échanges. Selon lui, le mouvement doit se politiser pour proposer une véritable alternative politique, car « il faut changer le système et pas directement le climat, afin de voir un lendemain plus propice se créer« .

Interview d’Enzo par Océane (2’49)

Lorsqu’on lui demande « pourquoi il est encore temps ? », Enzo, bien moins enthousiaste que d’autres, reste dubitatif. Conscient des enjeux politiques, à contre courant de ceux actuels, il nous explique :

Je ne sais pas parce qu’en soit c’est quand même assez grave ce qu’il se passe et il faut agir vite, fermement et dans une logique non libérale.


La grève mondiale des lycéens pour le climat, quelles origines ?

Les jeunes qui ont séché les cours pour manifester se sont inscrits dans un mouvement mondial de grève pour le climat, lancé par une jeune suédoise de 16 ans, Greta Thunberg. Cette jeune a débuté en manifestant seule devant le parlement suédois à Stockholm le 20 août 2018 pour réclamer que son pays réduise ses émissions de gaz à effet de serre.

Depuis ce jour-là, elle s’assoit devant le parlement tous les vendredis en signe de protestation. Son initiative a ensuite entraîné les jeunes du monde entier dans cette lutte, notamment après son discours à la COP 24 de l’ONU sur les changements climatiques où elle a interrogé la responsabilité des adultes face au dérèglement climatique. Les personnes interviewées nous ont partagé leur avis sur la jeune suédoise :

Avis des manifestants recueillis par Quentin et Alexandra (3’37) :

La jeune suédoise est admirée par les lycéens de part le courage et la détermination dont elle a fait preuve : «  Même si elle a commencé seule, ses efforts ont payé et tout le monde l’écoute et suit son exemple« . Elle a fait prendre conscience qu’il fallait commencer par agir à son échelle pour faire bouger les choses. C’est un peu « la locomotive qui emmène tout le monde« , nous dit Cédric, citoyen pour le climat.

France, gilet jaune du Paillon, exprime sa joie de voir la jeunesse se mobiliser, « l’avenir c’est ça » nous dit-elle « c’est des jeunes responsables« . D’autres, bien qu’admiratifs de ses actions, estiment :

Il n’y a pas tant besoin de modèle pour les personnes mais d’une ligne politique claire quant aux décisions à prendre.

Un étudiant de 26 ans

Youtube : vecteur principal de la mobilisation

Ce mouvement est promu depuis ses débuts, en octobre 2018, par un grand nombre de youtubeurs et de personnalités appréciés des jeunes. Ils sont à l’origine des campagnes « Il est encore temps » et « On est prêts« , créées dans le but d’alerter la population sur l’urgence climatique. Depuis, les lycéens utilisent aussi Youtube pour montrer leur désaccord avec la politique climatique actuelle et rassembler le plus de monde possible aux grèves pour le climat. Comme le montre avec humour la vidéo « le sérieux a changé de camp » de la chaîne Partager c’est sympa où les adultes et notamment les politiques sont tournés en ridicule :

Notons aussi que ce même jour, pour tenter de répondre aux inquiétudes des étudiants et pour limiter les manifestations, le ministre de l’Education Nationale Jean Michel-Blanquer, a demandé à ce que des débats soient organisés dans tous les lycées de France de 16h à 18h. Une initiative loin d’avoir empêché les lycéens d’aller manifester car pour eux le temps du débat est terminé, il faut agir ! Une situation inédite qui souligne le décalage entre le pouvoir et les revendications des jeunes.

Pour en savoir plus :

https://www.instagram.com/lalarmeverte/

https://www.instagram.com/nice.climat/

https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/03/16/de-sydney-a-vancouver-plus-d-un-million-de-jeunes-descendent-dans-la-rue-pour-le-climat_5436917_3244.html

https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/03/15/votre-planete-bleue-ou-saignante-des-dizaines-de-milliers-jeunes-francais-marchent-pour-le-climat_5436901_3244.html

https://www.lemonde.fr/climat/article/2018/12/15/transports-alimentation-consommation-comment-agir-pour-le-climat_5398017_1652612.html?xtmc=collapsologie&xtcr=6

Emission Web Radio du lycée Thierry Maulnier : https://audioblog.arteradio.com/blog/98357/podcast/134734/les-lyceens-engages-pour-la-cause-ecologique

Reportage d’Alexandra Pisano, Quentin Brun, Océane Da Silva,
avec Marilou (photos et émission pour son Lycée Thierry Maulnier).