La Nuit de la lecture à l’Entre-Pont

Dans le cadre de la 3ème édition de la Nuit de la lecture mise en place par le Ministère de la culture et de la communication*, la compagnie Grain de sable a orchestré une programmation à l’Entre-Pont, au 109, samedi 19 janvier.

Sarra, Brikena, Yasmine et Hajar, accompagnées d’Aline, éducatrice à ALC, sont venues faire les web reporters pour Ligne16, à cet événement.

Elles  sont parties à la rencontre des participants et des organisateurs, ont eu la chance de rencontrer Eugène Durif, auteur et poète venu pour l’occasion, et ont même été faire un web trottoir sur la route de Turin.

Eugène Durif, l’auteur invité
La Nuit de la lecture, c’est quoi ?

« C’est une manière de découvrir des textes différents », nous explique Jacques Laurent, directeur artistique du Grain de Sable, à l’initiative de la manifestation. La compagnie, gestionnaire de l’Entre-Pont, a décidé de s’emparer de cette action nationale car tous les premiers lundis du mois et depuis quelques années, elle propose des soirées lecture « Les Dits du Lundi » mettant en lumière des textes d’auteurs contemporains.

La Nuit de la lecture est un moment de faire partager le goût que l’on peut avoir pour des textes.

Interview de Jacques Laurent, suivi d’Eugène Durif par Hajar (1’23) :

 

Au programme de cette Nuit de la Lecture : des stages de pratiques ouverts à tous, menés par des comédiens, plasticiens, écrivains, conteuses durant la journée et des restitutions à partir de 18h, avec la présence d’Eugène Durif, poète et auteur.

Dans la salle d’accueil était installée l’association Epilogue, dont le but est la lutte contre l’illettrisme. L’équipe est venue proposer ses Kits Lectures mobiles toute l’après midi, sur le thème « Un livre, ça sert à quoi? ».

Yasmine a fait de belles rencontres : celle de Sarah qui nous a clamé un poème de Saint-John Perse, un poète, écrivain et diplomate français, celle d’Hamou le barman du lieu qui nous parle de l’intérêt de lire, celle d’Emmanuel venu pour participer au stage à haute voix mené par Paul Laurent, celle de Sabrina, médiatrice à l’association Galice, qui est venue avec des habitants du quartier des Liserons, puis enfin, celle de Steffie d’Epilogue qui nous parle aussi du Livre et de son importance.

Nous les écoutons (3’38) :

 

Restitution du stage à voix haute

L’après-midi, un atelier a invité les enfants à créer une histoire sous forme de Kamishibaï  (théâtre de papier japonais où le conteur raconte en faisant défiler des illustrations et en lisant le texte caché derrière les illustrations). Une restitution a eu lieu ensuite. Emma Laurent (comédienne), Françoise Laurent (auteure) et Lydie Dassonville (plasticienne) ont été les intervenantes pour mener à bien ce projet ambitieux.

Paul Laurent, amoureux de théâtre, a entraîné des volontaires à la lecture à voix haute sur des textes d’Eugène Durif. Les participants ont présenté le travail en fin de journée devant l’auteur, Eugène Durif, qui a exprimé une grande émotion.

En parallèle, un stage « Initiation à  l’art de conter », sur le week-end a été proposé par Fatiha Sadek.

Et le 109, c’est quoi ?

Les web reporters ont aussi au cours de leurs interviews, posé des questions sur le 109 (3’31) :

 

 

Tout l’événement s’est clôturé par un repas cuisiné par Charlie et les échanges de tous les publics, ont pu se poursuivre.

*C’est en 2017 que le Ministère de la culture et de la communication a lancé la 1ère « Nuit de la lecture » afin de valoriser les lieux de culture : bibliothèques, librairies et associations qui proposent des ateliers et événements autour de la lecture.

Reportage avec Hajar, Yasmine, Brikena, Sarra,
accompagnées d’Aline d’ALC & d’Océane et Tania de Ligne16.
Merci à Marine pour nous avoir suivi en photo.