Des artistes exposés à l’Ariane

L’Art en fête est une exposition de 12 artistes habitant le quartier, qui a lieu à la bibliothèque Léonard de Vinci jusqu’au 16 décembre. Cette initiative de Gilbert Bardat a pu voir le jour via le Fonds de Participation des Habitants (FPH*). Artisan ébéniste, Gilbert est à la retraite et a enfin le temps de se consacrer à ce projet qui lui tient à cœur depuis longtemps : celui de porter à la vue de tous, les talents cachés d’un quartier qu’il affectionne et où il y habite depuis douze ans.

Lui-même a une pratique artistique et souhaite que des expositions aient lieu dans ce quartier comme au centre-ville. « Et pourquoi pas? » insiste-t-il. C’est la première année mais l’idée est que cet événement devienne régulier afin de proposer aux habitants une occasion de présenter leur création. « Des artistes, il y en a à l’Ariane ». C’est aussi une invitation à tous les niçois à venir à l’Ariane.

img_7307Que peut-on y voir?

« Deux photographes, un dessinateur, un sculpteur, des peintres (aquarelle, pastel) et même une poétesse qui expose ses textes », explique Gilbert. Nous souhaitons également exposer l’année prochaine des dessins d’enfant sur une thématique qui sera définie au préalable ».

Écoutez cette interview vendredi 2 décembre au marché de l’Ariane, au stand de la ManuFabrik :

Le vendredi 16 décembre, dernier jour de l’exposition, sera l’occasion de réunir à nouveau les artistes à 16h. Les publics pourront venir les rencontrer.

img_7334Dans notre visite de l’exposition à la bibliothèque, ce mardi 6 décembre, nous rencontrons quatre jeunes habitantes de l’Ariane, collégiennes à Maurice Jaubert : Myriam, Nesrine, Chaïma et Hawra.

Myriam a aussi reconnu Ligne16 ; elle avait participé à un atelier sur le média citoyen au Collège dans le cadre de la semaine de la presse l’année dernière.  Toutes ont jeté un coup d’œil à l’exposition mais ne l’avaient pas vu entière ; elles ont tout de suite accepté de faire la visite commentée par Gilbert et Jacqueline, tous les deux artistes exposants.

L’occasion de faire croiser les regards et les discours entre public et artistes, et de susciter des interrogations et un moment de partage que seule peut amener la rencontre.

img_7314Myriam dit avoir été interpellée par l’une des photos de Hubert parmi une série de portraits et de paysages réalisés en Iran ; son amie est étonnée d’apprendre qu’autant de talents soient dans son quartier et qu’ils ne soient pas connus. Elle ne pensait pas voir des œuvres aussi abouties. Saisissant notre micro, l’une d’entre elles s’interroge : « combien cela vous prend de temps pour finir une peinture?« .

Tous se plaisent à imaginer dans l’avenir organiser des ateliers, enseigner la peinture et le dessin, pour continuer la pratique. Déjà, Jacqueline fait des ateliers d’arts plastiques à l’Utopie, lieu géré par les habitants avec l’accompagnement de la ManuFabrik, rue des Eglantines.

Ecoutez cette rencontre entre les artistes et les collégiennes (3’09) :

 

Vous pouvez entendre ci-dessous la lecture de quelques textes empruntés aux textes de Jalal ad-Din Rûmi et à d’autres maîtres spirituels orientaux, situés sous chacune des photographies de Hubert, lus par Nesrine, Myriam, Haourae et Chaïma (1’48) :

 

Montages audios réalisés par Nzuzi Andre, web reporter de Ligne16

 

Reportage réalisé par Siware, Nzuzi et Tania.

FPH* : le fond de participation des habitants est un financement pour un projet permettant d’amener un « plus » pour le quartier. Il doit être initié par un habitant. Il est organisé par l’association la ManuFabrik.