Théâtre Forum

Théâtre Forum from La Boîte on Vimeo.

Une expérience de Théâtre Forum vécue pendant trois ans par un groupe de mamans du quartier de l’Ariane.

Le Théâtre Forum

Le théâtre forum est une technique de théâtre, mise au point dans les années 1960 par l’homme de théâtre brésilien Augusto Boal, dans les favelas de São Paulo. Le théâtre forum est une des formes du théâtre de l’opprimé.
Le principe en est que les comédiens improvisent puis fixent une fable de 15 à 20 minutes sur des thèmes illustrant des situations d’oppression ou des sujets problématiques de la réalité sociale, économique, sanitaire d’une communauté. Ils vont ensuite la jouer sur les lieux de vie de la communauté à qui est destiné le message. À la fin de la scène – dont la conclusion est en général catastrophique -, le meneur de jeu propose de rejouer le tout et convie les membres du public à intervenir à des moments clé où il pense pouvoir dire ou faire quelque chose qui infléchirait le cours des événements.
Il s’agit d’une technique de théâtre participative qui vise à la conscientisation et à l’information des populations opprimées d’une façon ou d’une autre. Le théâtre forum s’utilise ainsi beaucoup auprès des populations non alphabétisées dans les projets de développement en pays du Sud (par exemple en Inde, au Rajasthan, au Bengale et au Maharashtra), mais est aussi en usage dans les pays développés pour soulever des problèmes de société.
Origines du théâtre forum : le théâtre de l’opprimé
Le théâtre forum a été introduit en Europe par l’homme de théâtre brésilien Augusto Boal, c’est une des déclinaisons de son travail sur le théâtre de l’opprimé qui est avant tout un véritable projet à dimension politique. En effet, le théâtre de l’opprimé vise à donner des outils d’émancipation et d’autonomie de la personne, pour comprendre son environnement et agir pour le changer. Imaginées au temps de la dictature militaire, les pratiques imaginées par Augusto Boal se sont diffusées en France et en Europe dans les années 70 ; elles ont acquis depuis une reconnaissance mondiale.

La démarche du théâtre de l’opprimé a donc été imaginée pour donner des outils de compréhension et d’action. Cette démarche globale comporte plusieurs déclinaisons telles que le théâtre image, le théâtre journal, le théâtre invisible, le théâtre mythe entre autres.

Méthode du théâtre forum

La déclinaison théâtre forum s’intéresse plus particulièrement à l’aspect « débat » et à « l’expertise citoyenne » et c’est aussi la méthode la plus couramment utilisée.
En France, au milieu des années 80, le théâtre forum renonce à s’inscrire dans le paysage théâtral pour servir directement les acteurs de la société, et plus particulièrement ceux en quête d’émancipation. Il sera ainsi approprié par des mouvements comme le Planning Familial ou encore le CLAP (Comité de liaison pour l’alphabétisation et la promotion des travailleurs immigrés).
Le théâtre forum vise à explorer des situations qui posent problème (qui peuvent être de toute sorte) ; il permet en faisant jouer des rôles aux spectateurs d’ouvrir les perspectives, de « se mettre à la place de », d’expérimenter les possibles, de mêler les points de vue et de les mettre en action. Ces éléments sont réalisés à partir d’une situation définie au préalable (la maquette) dans laquelle sont définis la trame générale du scénario et les camps (protagonistes – antagonistes).

Les acteurs jouent une courte scène, le joker le stoppe à un moment précis et invite le public à intervenir ; les membres du public donnent des idées pour avancer, débloquer, changer la situation en cours, ils sont invités à rejouer la scène eux-mêmes avec leurs propositions. On rejoue la scène. Le joker synthétise la progression du forum au fur et à mesure. Ce sont là des règles générales, mais par principe rien n’est obligatoire dans une séance de théâtre forum.
La dimension d’éducation populaire y est donc présente comme démarche conscientisante, travail sur le conflit, de recherche du sens, dans la dimension collective, dans le « faire avec » et non pour, dans l’expérimentation des idées et le jeu, et enfin dans le fait de partir des vécus.

C’est un spectacle de théâtre interactif qui permet par le biais du jeu théâtral de faire émerger la parole.
Dans un premier temps, les comédiens jouent plusieurs courtes scènes évoquant des situations quotidiennes pouvant être vécues comme conflictuelle ou bloquée.
Puis ces scènes sont rejouées autant de fois que nécessaire, de telle sorte que les spectateurs puissent venir remplacer un personnage sur scène (ou en créer un nouveau) pour essayer de parvenir à une issue plus satisfaisante.
Face aux acteurs et confronté à la scène initiale, le spect-acteur devra tenter de mettre en place des alternatives possibles aux difficultés rencontrées.
La représentation est placée sous la responsabilité de la salle. Il ne s’agit pas d’apporter un message ou de trouver la bonne réponse, mais d’expérimenter ensemble, sur scène, des solutions possibles.

Source : fr.wikipedia.org

Théâtre de l’Opprimé : Une Compagnie

Des professionnels de la scène soucieux de défendre leur place d’artistes citoyens créent à chaque saison un spectacle d’auteur contemporain, privilégiant les formes où se conjuguent théâtre et musique. Elle assure aussi de nombreuses créations en théâtre forum, des ateliers et des stages de formation dans différentes structures : maisons d’arrêt, écoles et universités, centres sociaux, collectivités territoriales, entreprises… Ces interventions lui permettent aussi de construire et de fidéliser un public nouveau, peu coutumier des salles de théâtre. Si la France est son principal terrain d’action, l’Italie, le Brésil, la Palestine, le Burundi, l’Iran, Taiwan, le Maroc, la Roumanie, l’Allemagne, sont quelques-uns des pays où elle développe des projets artistiques ou de formation.

« Aborder les conflits sociaux et humains par le théâtre… provoquer la discussion, réfléchir et comprendre ensemble en scène, voilà notre parti-pris ! » Rui Frati, 2013

Une méthode

« Être citoyen, ce n’est pas vivre en société, c’est la changer » Augusto Boal, metteur-en-scène

C’est dans l’Amérique Latine des années 1970 qu’Augusto Boal crée la méthode Théâtre de l’Opprimé, avec l’objectif de rendre visibles des conflits sociaux et politiques en soutenant la prise de parole de groupes marginalisés, opprimés par les pouvoirs totalitaires. Le théâtre forum est son outil le plus spectaculaire : à partir d’une question d’actualité la troupe interprète une scène au dénouement dramatique. Le public, interrogé par le metteur en scène, est invité à réfléchir sur comment affronter les conflits joués. Devenu spectActeur, entrant en scène, se confrontant avec les autres personnages, il met en action ses idées, ses alternatives, sa volonté de changer la situation. Il s’agit d’affronter et de construire ensemble, acteurs et public, des alternatives possibles aux conflits mis en scène.

La méthode du théâtre de l’opprimé offre aux acteurs et non-acteurs des outils pour exprimer leur propre volonté, agir sur les conflits ;
« Essayons sur scène ce que nous devons défendre dans la vie ! »
Il ne s’agit ni d’apporter un message, ni de trouver une bonne réponse, mais d’explorer, d’expérimenter, de découvrir et de comprendre ensemble, collectivement. Nommé directeur du Théâtre de l’Opprimé en 1998, Rui Frati a redynamisé et renouvelé complètement l’équipe. Ensemble, ils s’attachent à développer la méthode, à rechercher d’autres horizons, à élargir les possibilités de leurs actions.

Le théâtre-forum

C’est l’histoire d’un conflit. Un des personnages, le protagoniste, agit pour obtenir un droit légitime qui est mis en échec par le ou les personnages antagonistes. Ensuite, les spectateurs sont invités à venir le remplacer sur scène. Face aux acteurs et confronté à la scène initiale, le «spectActeur» devra tenter de mettre en place des alternatives possibles pour déjouer le conflit. La pièce est placée sous la responsabilité de la salle toute entière, metteur en scène, acteurs et public. Il ne s’agit pas d’apporter un message ou de trouver la « bonne réponse », mais d’expérimenter ensemble sur scène des hypothèses, des évolutions possibles pour cette situation conflictuelle. Présence fondamentale pour soutenir l’interaction entre la salle et la scène, le metteur en scène, véritable interlocuteur, favorise le débat, analyse avec le public leurs interventions, les réactions des personnages, les transformations apportées. Il conduit la réflexion collective le plus loin possible.

Le théâtre-image

Utilisé en laboratoire plutôt qu’en représentation publique, le théâtre-image vise à mettre en évidence ce que le langage du corps nous livre. Mais aussi les interactions non-verbales et la signification des objets en scène selon les places qui leur sont attribuées dans l’espace. Le théâtre-image consiste à créer, modeler et observer des images vivantes arrêtées ainsi que leur résonance chez chacun d’entre nous. Débarrassés des mécanismes verbaux de la vie quotidienne, nous pouvons alors explorer nos nombreuses possibilités d’expression. C’est une des premières techniques que nous utilisons dans tous nos stages et ateliers.
L’arc-en-ciel du désir est un ensemble de techniques élaborées à partir du travail d’acteur, dans les laboratoires de recherche du personnage. Le Théâtre de l’Opprimé Paris fait appel à ces techniques dans la construction des scènes de théâtre forum. Elles soutiennent la construction du personnage, clarifient des situations complexes, des relations difficiles ou des désirs contradictoires. Le développement de la conscience du personnage agrandit ainsi l’arsenal d’idées du comédien face aux propositions du public. Dans nos formations Arc-en- Ciel du désir, toujours protégé par la distanciation théâtrale, le stagiaire peut s’emparer de cet outil important d’auto connaissance dans la recherche de la socialisation de ses propres conflits : «cette difficulté ou ce blocage n’appartient pas à moi seul…»

Le théâtre invisible

Le théâtre invisible est une forme de spectacle dont la particularité est de se jouer dans la scénographie naturelle de la réalité, pour des spectateurs qui ignorent qu’il s’agit d’un acte théâtral. Une scène de théâtre invisible demande un travail minutieux de préparation. Un sujet d’actualité, la mise en évidence de ses conflits, le choix du lieu où elle sera jouée. Cette technique porte les acteurs à un dialogue direct avec les gens, sans filet de sécurité. La troupe qui décide de jouer un théâtre invisible doit avoir un profond sens d’éthique vis-à-vis des gens et du sujet traité dans le développement de l’action. Les interrogations jouées doivent absolument faire partie de ses propres préoccupations, ses vraies interrogations, pour éviter toute manipulation des personnes qui répondent à l’action des acteurs.