Mariam, 17 ans

Mariam Said est une jeune de 17 ans qui habite à l’Ariane, elle fait des études de gestion administration aux lycée des Palmiers et réalise un stage au CCAS le Village. Elle aime chanter et danser aussi ; Elle participe aux ateliers du Théâtre Forum qui se déroulent au Village.

Mariam from cognee tania on Vimeo. / montage vidéo de Johanna Prevet.

C’est la plus jeune de sa famille composée de 2 sœurs et 3 frères. De confession musulmane, son frère lui a proposé d’intégrer la chorale du groupe de chant. Du coup elle ne pensait pas être prise. « On est invité parfois dans des mariages« . Plus tard, elle aimerait être assistante sociale ou éducatrice pour les jeunes. « On aimerait être entendu nous les jeunes. Certains s’expriment avec la violence et alors les autres le prennent mal, et du coup jugent les jeunes des quartiers dans leur ensemble. On se connait tous nous les jeunes, mais jamais on arrive à faire un groupe ensemble. Moi je fais ça avec ma meilleure amie, je chante avec ma famille. Ma mère de temps en temps elle chante, ma sœur, mon frère…« .

Message pour ligne16 : «  Ce que j’ai envie de dire c’est de continuer à suivre la ligne16 et de jour en jour ça va s’améliorer. J’espère qu’on va percer avec cette ligne et que les jeunes ils vont nous écouter parce qu’on cherche plus à envoyer des messages, des mots… et ceux qui veulent nous rejoindre sont les bienvenus. »

Voici la chanson en totalité avec les paroles de Zazie que Mariam a choisi de nous chanter :

 

À ceux qui pensent
Qu’Ève est seulement
Une moitié d’Adam
À ceux qui disent
Qu’elle est la mère
De tous les vices
À ceux qui se permettent
D’être le seul maître
Après Dieu
À ceux qui rient
À celles qui pleurent

À ceux qui vont
Libres comme l’air
À celles qui se terrent
À ceux qui ont
Le droit de dire
Elles, de se taire
À ceux qui prennent la vie
De celles qui donnent la vie
À ceux qui rient
De celles qui pleurent

Aux armes, citoyennes
Nos armes seront
Les larmes qui nous viennent
Des crimes sans nom
Aux hommes qui nous aiment
Ensemble, marchons
Et au Diable les autres

À celles qu’on opprime
Pour avoir commis le crime
D’aimer
À celles qu’on supprime
Pour un peu de peau
Dévoilée
À celles qu’on assassine
Pour avoir tenté de leur résister
À nous, mes frères
Qui laissons faire

Aux armes, citoyennes
Nos armes seront
Les larmes qui nous viennent
Des victimes sans nom
Aux hommes qui nous aiment
Ensemble, marchons
Et au Diable les autres
À nous, mes frères
Qui laissons faire

Aux armes, citoyennes
Aux armes, versons
Les larmes qui nous viennent
Au feu des canons
Aux hommes que reviennent
Un peu de raison
Et au Diable les autres

Aux armes, citoyennes
Nos larmes seront
Le forces qui nous tiennent
Ensemble, marchons
Puisque l’horreur est humaine
Sur elle versons
Nos larmes en pardon