« L’œil du XX ème siècle »

affiche

 

L’association ATE a accompagné certains résidents de ses centres d’hébergement à l’exposition Henri Cartier Bresson au théâtre de la photographie et de l’image.

 

 

 

 

Visiter le théâtre de la photographie est l’occasion d’approcher l’œuvre d’un des photographes les plus célèbres du XXème siècle. Henri Cartier-Bresson, avec la sensibilité esthétique et poétique de ses images, a été témoin d’importants événements de l’histoire en différents points de la planète, avec la représentation d’aspects pittoresques ou significatifs. Il a réussi à capter la simplicité de la vie quotidienne et à montrer son humanisme.

Fernando

expo1
Père et fils, Espagne, 1933

 

« La photographie montre l’amour d’un père pour son fils. Dans son visage une expression d’impuissance, de peur, d’un homme qui ne veut pas perdre son trésor. Ça m’a touché. »

Fernando

 

 

Cours d’un hôtel , rue de la Boétie, Paris 1953
Cours d’un hôtel , rue de la Boétie, Paris 1953

 

 

 » Cette exposition est très riche, j’ai beaucoup aimé ce voyage dans le XXème siècle par l’objectif de ce photographe. Tout y est : la composition, les jeux de lumières et de contraste et le déclic sur le détail que personne ne voit. Henri cartier Bresson mérite bien son surnom d’ «  œil du XXème siècle. »

Jennifer

 

 

 

expo3

 

« Avoir vu cette exposition m’a rendu nostalgique de l’Albanie de mon enfance. Quand les enfants jouaient tous ensemble, dehors, dans les rues. Les gens étaient tous égaux, il n’y avait pas de différence de classe sociale.

A l’époque, nous ne prenions pas beaucoup de photos.

Henri Cartier-Bresson est très intelligent, dans sa manière de prendre les photographies, les profils, la composition de l’image.

Je n’ai pas eu le temps de bien regarder toutes les photos, c’est dommage ! »

Lefteri

expo4
Trieste, 1933

 

 

« J’ai particulièrement aimé cette photo de l’exposition Cartier-Bresson car je la trouve intéressante de plusieurs façons : d’abord, elle est vraiment en noir et blanc, il n’y a pas de gris, elle est très contrastée. Et puis, il y a beaucoup de lignes géométriques horizontales et verticales : la tour, les portes, le toit du bâtiment, l’arbre, et même le pantalon de l’homme et son dos !

Enfin, il y a un autre contraste : le côté géométrique un peu mathématique s’oppose à l’ambiance calme et tranquille de l’homme qui fait la sieste dans l’herbe. C’est apaisant à regarder. »

Sandrine

 Renseignements complémentaires:

Exposition jusqu’au 24 janvier 2016.

Théâtre de la Photographie  / 25 Bd Dubouchage Nice

http://www.tpi-nice.org/

L’entrée est gratuite pour les mineurs et pour les habitants de la métropole de Nice avec le Pass Musée (pour plus d’infos sur le pass :https://www.nice.fr/fr/actualites/pass-musees-de-nice?type=articles )