Le TDA/H, c’est quoi ?

Nous avons interrogé Johann, Naho, Léa et Alexia sur le TDA/H rencontrés au 109 à Nice et nous avons constaté que tous en avaient entendu parler mais ne savaient pas exactement le définir. Comme le dit Alexia : “je crois que c’est le trouble de l’attention et le H, je ne sais plus“. 

D’après l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM), le TDA/H est le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité. Il faut savoir que ce n’est pas une nouveauté (on en parle dans la littérature médicale depuis la fin du 18e siècle) et ce n’est ni une conséquence de l’exposition des enfants aux écrans. Le TDA/H est bel et bien un trouble du neurodéveloppement, associé à des petites différences dans la structure et le fonctionnement du cerveau des personnes concernées. L’exposition à des carences affectives, du stress, des infections, de la pauvreté et des traumatismes sont des facteurs qui augmentent le risque de TDA/H. 

On ne peut pas être tous des êtres humains parfaits, ça n’existe pas. Si tu as plus de mal sur une partie, ça veut dire sûrement que tu as plus de facilités sur d’autres.

Ce trouble affecte principalement les enfants et peut persister jusqu’à l’âge adulte. Il se caractérise par trois principaux symptômes :

  • L’inattention : Ils ont du mal à se concentrer et ont tendance à se distraire facilement, à oublier rapidement les choses et ont des difficultés à organiser une tâche ou une activité et ne semble pas écouter lorsqu’on leur parle.
  • L’hyperactivité : Ils ont une agitation excessive mais ce n’est pas systématique. Ils ont dû mal à rester tranquilles et s’ils sont sans rien faire, ils ont tendance à être très agités et ne peuvent pas jouer à des jeux et activités calmement.
  • L’impulsivité : Ils ont tendance à agir sans réfléchir, ils ont des difficultés à attendre leur tour et interrompent souvent les discussions et les jeux ou encore donnent les réponses avant même que la question ne soit terminée.

Le TDA/H est principalement génétique, neurobiologique ou environnemental (exposition à l’alcool, le tabac et des drogues lors de la grossesse. La naissance prématurée et l’exposition à des toxines environnementales peuvent aussi augmenter le risque de développement du TDA/H).

Le diagnostic se fait généralement par un professionnel de la santé tel qu’un psychiatre ou un psychologue. Si donc vous avez un soupçon, parlez-en à un professionnel. Cela permettra d’accompagner la personne afin qu’elle puisse mieux appréhender ses difficultés.

Reportage d’Ela (interviews, montage), Nada (preneuse de son), Maïssa (article) et Ayoub (photos).